Les services de gendarmerie viennent de démanteler un laboratoire clandestin, à la suite d’une enquête déclenchée par les autorités à la demande de l’Afssaps en mai 2006. Ce laboratoire fabriquait illicitement des produits non autorisés, revendiquant des indications thérapeutiques notamment dans le traitement du cancer.

Dans ce contexte, l’Agence française de Sécurité Sanitaire des produits de santé (Afssaps) souligne que seuls les médicaments fabriqués et distribués par les opérateurs autorisés présentent les garanties de qualité et de sécurité exigées par l’Agence, au stade de l’évaluation et de l’autorisation des médicaments comme au stade de l’autorisation et de l’inspection des établissements pharmaceutiques. Les exigences de qualité pharmaceutique imposées aux opérateurs portent notamment sur la composition, la fabrication et les conditions de conservation. Dans le cas du réseau clandestin démantelé, les conditions de fabrication et de distribution des produits saisis n’apportaient pas les garanties de qualité et de sécurité recherchées.
L’Afssaps rappelle que les médicaments ne peuvent être délivrés qu’en pharmacie. Dans ce contexte, elle met en garde le public sur les produits suivants saisis dans le laboratoire clandestin récemment démantelé : soluté injectable Sovita, sirop Vitoral, suppositoire Vitasup, crème Vita. L’intérêt thérapeutique et l’innocuité de ces produits n’ont pas été démontrés. De plus, ces produits ne présentent pas les garanties de qualité et de sécurité exigées et vérifiées pour les médicaments disponibles en pharmacie.Source : Communiqué de l’Afssaps – juin 2008Click Here: cd universidad catolica

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *