En baisse depuis de nombreuses années, les maladies cardiovasculaires ne sont plus la première cause de mortalité en France. La mortalité liée au cancer connaît une évolution moins favorable et c’est donc cette maladie qui devient le plus important fléau de santé publique.
L’examen des 509 408 certificats de décès survenus dans l’année 2004 montre que le cancer est, pour la première fois, la cause de décès la plus fréquente devant les maladies cardiovasculaires et les accidents. Même si cette nouvelle “hiérarchie“ varie selon le sexe et l’âge, c’est une nouvelle preuve de la diminution du nombre de maladies cardiovasculaires. Ces dernières ont diminué de moitié en 25 ans. Si l’on regarde les résultats de cette étude de l’Institut de Veille Sanitaire, on constate que :
– Chez les femmes, les maladies cardiovasculaires restent cependant en tête ;
– Quel que soit le sexe, chez les 15-24 ans, les morts violentes (accident de transport et suicide) sont les causes de décès les plus fréquentes ;
– Chez les hommes, la première cause de décès est le suicide entre 25 et 44 ans et le cancer du poumon de 45 à 64 ans ;
– Chez les femmes, les tumeurs prédominent dès 25-44 ans et le cancer du sein est la première cause de décès ente 45 et 64 ans ;
– A partir de 65 ans, les maladies cardiovasculaires sont la première cause de décès chez les hommes comme chez les femmes.
– Entre 2000 et 2004, les accidents de transport ont fortement diminué mais le suicide a stagné et, pour les femmes, le cancer du poumon a considérablement augmenté.
Ces données indiquent une tendance à la diminution des taux de décès qui s’est renforcée depuis 2000 avec une progression du poids des pathologies cancéreuses. Dans ce contexte général, certaines causes ont une évolution contrastée, notamment les suicides qui ne régressent pas ou le cancer du poumon et la maladie d’Alzheimer qui progressent.Source : BEH 18 septembre 2007 – n°35-36Click Here: Putters

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *