Le vaccin anti-zona est sûr et bien toléré chez les plus de 50ans, selon une vaste étude américaine indépendante qui confirme ainsi les données établies lors de sa mise sur le marché par le laboratoire fabricant.

Confirmation de la sécurité et de la tolérance du vaccin anti-zona.

Le

zona est une maladie infectieuse provoquée par la réactivation du virus de la

varicelle à l’âge adulte. Elle se manifeste par des douleurs aiguës dont les localisations les plus fréquentes sont thoraciques (56 %), céphaliques, (14 %), cervicales (11,5 %), lombaires (12 %), sacrées (4,5 %) et ophtalmiques (5 %). Si elles s’estompent dans la majorité des cas, ces douleurs peuvent persister et devenir chroniques. Ces complications baptisées névralgies post-zostériennes peuvent persister pendant des mois, voire des années, se manifestant par des sensations de brûlure pouvant aller jusqu’à des douleurs violentes et lancinantes.En France, selon les estimations, le nombre de cas s’élève à 1,3 à 5 cas pour 1 000 et jusqu’à 5 à 10 cas pour 1 000 chez les plus de 60 ans.Face à cette maladie, il est aujourd’hui bien difficile d’apporter un soulagement efficace des douleurs associées. En 2006, le vaccin Zostavax (Merck et Sanofi-Pasteur MSD) a reçu une autorisation de mise sur le marché (AMM) dans l’indication “Prévention du zona et des douleurs post-zostériennes chez les sujets de plus de 60 ans“. Il n’a toutefois pas été recommandé dans le cadre d’une vaccination large de cette population par le Conseil supérieur d’hygiène publique de France. Ce dernier estimait en effet que plusieurs points méritaient d’être clarifiés, notamment la durée de protection du vaccin et la possibilité d’un retard dans la survenue du zona à un âge plus avancé, ce qui augmenterait le risque de douleurs post-zostériennes plus intenses et plus longues.Un léger risque de réaction cutanée passagerS’ils ne répondent pas à ces questions, les résultats d’une nouvelle étude menée auprès de près de 200 000 adultes âgés de plus de 50 ans confirment toutefois la sécurité et la bonne tolérance du vaccin dans cette population. Hung Fu Tseng, qui a dirigé les travaux au département de recherche et d’évaluation du Kaiser Permanente à Pasadena, rapporte ainsi une très légère augmentation du risque de réactions locales, au site d’injection du produit, 1 à 7 jours après la vaccination.Il n’a, en revanche, observé aucun risque accru de maladies cérébrovasculaires, de

maladies cardiovasculaires, de

méningite, d’

encéphalite ou encore d’

encéphalopathie, pas plus que de syndrome de Ramsay-Hunt ou de paralysie faciale.En 2011, la même équipe avait montré que le vaccin contre le zona réduisait de 55 % le risque de développer la maladie. Leur étude avait été publiée dans le Journal of the American Medical Association*.Amélie PelletierSource– Safety of zoster vaccine in adults from a large managed-care cohort: a Vaccine Safety Datalink study. Journal of Internal Medicine, Volume 271, Issue 5, pages 510–520, May 2012 (

résumé accessible en ligne).- Guide des vaccinations, Edition 2008, Inpes (

téléchargeable en ligne).- Avis du Conseil supérieur d’hygiène publique de France, section maladies transmissibles, relatif au vaccin contre le zona (séances du 22 septembre et du 05 décembre 2006) (

téléchargeable sur Internet).* Herpes Zoster Vaccine in Older Adults and the Risk of Subsequent Herpes Zoster Disease, Jama, 2011; 305(14): 1410 (

accessible en ligne).Click Here: United Kingdom Rugby Jerseys

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *