Le 20 novembre, écoutez votre cheville ! A l’occasion de la troisième édition de la campagne Des pas pour la vie, la Société Française de Médecine Vasculaire et l’Institut de l’Athérothrombose ont mobilisé de nombreux professionnels de santé pour la première journée nationale de dépistage de l’AOMI (Artériopathie Oblitérante des Membres Inférieurs) communément appelée artérite.

L’Artériopathie Oblitérante des Membres Inférieurs (AOMI), ou artérite, est caractérisée par le rétrécissement progressif des artères irriguant les muscles des jambes. C’est un signal d’alerte car elle peut révéler un risque cardiovasculaire élevé, et des complications au niveau des artères du coeur et/ou du cerveau. Ainsi, l’AOMI est la manifestation d’une maladie bien plus grave et globale appelée athérothrombose.L’AOMI se manifeste le plus souvent par des douleurs au cours de la marche (on parle de claudication intermittente). Cette douleur doit impérativement interpeller professionnels de santé et patients car en l’absence de prise en charge leur risque de mortalité est 5 fois supérieure à celui des personnes qui en sont indemnes.En France, plus de 800 000 patients âgés de plus de 60 ans sont aujourd’hui pris en charge pour l’AOMI et l’on estime à plus de 2 millions le nombre de personnes potentiellement atteintes. Face à ces données épidémiologiques alarmantes et au sous-diagnostic de cette pathologie, la Société Française de Médecine Vasculaire et l’Institut de l’Athérothrombose, avec le soutien d’un collectif de sociétés savantes, s’associent depuis déjà 3 ans à travers la campagne “Des Pas pour la Vie“ afin de sensibiliser le grand public à l’AOMI et attirer l’attention de tous sur la pathologie et la simplicité de son dépistage par la prise de tension à la cheville (IPS).Près de 78 centres répartis à travers 55 villes de France et d’Outre-Mer accueilleront le 20 novembre les plus de 60 ans pour un dépistage gratuit et anonyme de l’AOMI. Des médecins vasculaires répartis dans les centres hospitaliers publics et privés ou des les lieux publics (mairies de certaines villes) prendront la mesure de l’IPS à la cheville et informeront les patients sur la pathologie et sa prise en charge. Selon les résultats du dépistage, les patients seront ensuite orientés vers leur médecin traitant pour la suite à donner.Pour connaître la liste des centres participants à la campagne Des Pas Pour La Vie : www.despaspourlavie.comSource : communiqué de presse “Des Pas Pour La Vie“, 21 octobre 2008

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *