Ils se sont donné rendez-vous sur un parking avant de partir patrouiller. Fusil de chasse et équipements faits maison, ces Indiens exposent leurs armes. Ils se font appeler “Gau Raksha”, “sauveurs de vaches” et leur logo est explicite. Il existe plusieurs centaines de milices de ce type en Inde et leurs membres sont des militants radicaux. Narendra Modi, le Premier ministre hindou, a rendu extrêmement difficile l’abattage des vaches.Des lynchages à mortLes musulmans à la tête de la filière bovine du pays sont aujourd’hui stigmatisés et menacés. Avec les nouvelles lois, beaucoup ont perdu leur travail. Par ailleurs, les éleveurs doivent aussi faire face aux milices de protection des vaches. En quelques instants, les “Gau Raksha” se jettent à l’assaut des camions pour débusquer des animaux. Très souvent, la situation dégénère lors de ces patrouilles et les médias indiens rapportent des scènes de lynchage. Une trentaine de personnes ont été battues à mort en deux ans.Le JT

  • JT de 20h du jeudi 27 décembre 2018 L’intégrale

Les autres sujets du JT

  • 1

    Passeports diplomatiques d’Alexandre Benalla : le Quai d’Orsay lui a demandé de les restituer

  • 2

    L’Élysée agacé par les passeports d’Alexandre Benalla

  • 3

    “Gilets jaunes” : les routiers demandent des comptes à l’État

  • 4

    Retraites complémentaires : un an de plus pour éviter le malus

  • 5

    PME : certaines entreprises en retard pour la mise en place de l’impôt à la source

  • 6

    Prélèvement à la source : crédits d’impôts et cas particuliers

  • 7

    Prélèvement à la source : le vrai du faux

  • 8

    Prélèvement à la source : les agents des finances publiques s’inquiètent

  • 9

    Prélèvement à la source : est-ce un risque politique ?

  • 10

    Tunisie : de nouvelles émeutes sociales

  • 11

    Liens avec les services de renseignement, cyberespionnage… Huawei, le géant chinois qui fait peur

  • 12

    Savoie : un garçon survit miraculeusement à une avalanche

  • 13

    L’Islande face à l’éruption touristique

  • Leave a comment

    Your email address will not be published. Required fields are marked *