Alors que les polémiques sont vives face à d’éventuels conflits d’intérêts entre les autorités sanitaires, aussi bien françaises qu’internationales, et l’industrie pharmaceutique, les entreprises du médicament françaises (Leem) ont tenu a réaffirmer qu’elles respectaient les règles de transparence.Ainsi, le Leem, qui regroupe l’ensemble des industries pharmaceutiques en France, a rappelé “qu’en Europe, et en France, les relations entre les entreprises et les experts sont régies par un cadre juridique strict pour gérer les conflits d’intérêts potentiels“. En principe, ce cadre impose aux experts de déclarer leurs liens avec les laboratoires pharmaceutiques. Le Leem a ainsi souligné son “attachement au respect de ces règles, garanti de la transparence et de l’indépendance des experts“ et dit vouloir faire “des propositions de nature à améliorer encore davantage la transparence des relations entre la communauté scientifique et les industriels du médicament“.Récemment, à l’initiative d’un député allemand, le Conseil de l’Europe a justement décidé de

lancer une enquête sur cette éventuelle influence des laboratoires pharmaceutiques sur la campagne mondiale de vaccination. L’Organisation mondiale de la santé a, elle aussi, fait savoir qu’elle ferait l’objet d’une

évaluation indépendante sur sa gestion de la grippe A. Même si l’objectif affiché n’est pas le même, une

commission d’enquête a également été crée à l’Assemblée nationale à propos de la gestion française de la grippe A. Le

Sénat doit quant à lui recevoir les laboratoires pharmaceutiques ce matin.Sarah LaînéSource :Communiqué de presse du Leem – 19 janvier 2010

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *