Le 23 avril, le gouvernement a ouvert une table ronde sur les radiofréquences et la santé. Préambule à un “Grenelle des ondes“ qui devrait durer un mois, cette concertation générale a réuni les opérateurs de téléphonie mobile, les associations, les élus et différents experts. Mais cette bonne volonté affichée sera-t-elle suffisante pour dépassionner un débat toujours plus vif ?

Principal sujet de controverse : les antennes relais. L’association Priartem, la plus ancienne mobilisée sur ce sujet, a regretté l’absence de scientifique à cette table ronde ainsi que la méthode employée par le gouvernement (en particulier la lettre de mission du premier Ministre François Fillon et l’interview de la Ministre de la santé Roselyne Bachelot dans le Figaro publiée ce matin même quelques heures avant la réunion). Selon Janine Le Calvez, présidente de Priartem, les autorités semblent écarter d’emblée la dangerosité des antennes relais pour mieux souligner les dangers du portable… “Les associations n’ont aucune intention de jouer les faire-valoir, si on a le sentiment que tout est verrouillé, il faudra le dénoncer et se retirer des discussions“ a-t-elle averti.Dans ce contexte difficile, la Ministre de la santé et les Secrétaires d’Etat Chantal Jouanot (écologie) et Natalie Koscusko-Moriset (économie numérique) ont assuré les associations de leur “volonté d’ouverture“ et de “transparence“.Ce débat a pris récemment une autre ampleur depuis que des décisions de justice récentes ont condamné deux opérateurs de téléphonie mobile à démonter leurs antennes relais. A contrario, l’Académie de Médecine et les opérateurs de téléphonie mobile rappellent qu’aucun mécanisme, par lequel les champs électromagnétiques de cette gamme d’énergie et de fréquence pourraient avoir un impact sur la santé, n’est connu pour le moment.Les associations Priartem, Robin des Toits et Agir pour l’environnement demandent l’interdiction des téléphones portables pour enfants, le lancement d’une campagne d’information sur les risques potentiels d’une utilisation prolongée du portable et l’abaissement des seuils réglementaires d’exposition aux ondes à 0,6 volt par mètre (contre 41 V/m actuellement). “Impossible techniquement“ estime l’association française des opérateurs mobiles, qui souligne qu’elle “se réfère aux seuils recommandés par l’Organisation mondiale de la santé dans l’objectif de protéger la population“. Face à l’ampleur des travaux et à la distance qui sépare aujourd’hui les points de vue, la Ministre de la santé Roselyne Bachelot a reconnu que les discussions pourraient être prolongées si nécessaire au-delà même de la date initialement fixée du 25 mai.Source : Communiqué du Ministère de la santé, Communiqué de Priartem – avril 2009Photo : © POUZET20MN/WPA/SIPA Click Here: cheap Cowboys jersey

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *