La vaccination des nourrissons contre l’infection par le rotavirus, responsable de gastroentérite, a non seulement réduit le nombre d’hospitalisations dues à cette maladie chez les enfants vaccinés, mais probablement aussi chez les adultes non vaccinés, selon les résultats d’une étude américaine publiée dans le Journal of American Medical Association(Jama).

Vacciner les bébés contre la gastroentérite protège petits et grands !

Les formes aiguës de

gastroentérite sont responsables, chaque année, de 50 000 hospitalisations d’enfants de moins de 1 an, soit une hospitalisation pédiatrique sur 10 ! Plus grave, on recense entre 14 et 39 décès par an dans l’hexagone. Car ces gastroentérites, ainsi que la fièvre et les vomissements qui les accompagnent généralement, sont à l’origine de graves déshydratations sévères.La

vaccination contre les infections à rotavirus a été introduite en 2006 avec la mise sur le marché d’un premier vaccin,

Rotarix ®, par le laboratoire GlaxoSmithKline Biologic, suivi l’année d’après d’un second,

Rotateq ®, produit par le laboratoire Aventis Pasteur MSD. Elle est indiquée chez les enfants de moins de 2 ans pour le premier, et de moins de 32 semaines pour le second selon un schéma vaccinal bien précis, en prévention des diarrhées aiguës sévères susceptibles d’entraîner une hospitalisation voire le décès de l’enfant. Les deux produits se présentent sous forme buvable.Dans leur étude, Paul A. Gastanaduy et ses collègues des centres de contrôle et de prévention des maladies à Atlanta ont examiné les hospitalisations pour gastroentérite chez les enfants vaccinés ou non, ainsi que chez les adultes, avant et après l’introduction de la vaccination. A partir d’une base de données sur les hospitalisations pour gastroentérites, qu’elles soient dues au rotavirus ou sans cause déterminée, ils ont estimé l’incidence annuelle et mensuelle de 2000 à 2006, en 2007 (année de transition), puis de 2008 à 2010.Ils ont ainsi observé une réduction de 80 % des hospitalisations pour gastroentérites dues au rotavirus chez les enfants de 0 à 4 ans, de 70 % chez les 5-14 ans et de 53 % chez les 15-24 ans. Les hospitalisations liées aux gastroentérites d’origine inconnue ont également baissé dans ces trois groupes d’âge, ainsi que chez les 25-44 ans.Les auteurs soulignent que les enfants et les adultes non vaccinés ont également été moins souvent hospitalisés après que la vaccination infantile contre le rotavirus a été introduite, bénéficiant d’une protection indirecte du vaccin. “Ces résultats mettent en évidence le rôle majeur des enfants dans la transmission du rotavirus et illustrent à quel point les bénéfices indirects peuvent amplifier l’intérêt du programme américain de vaccination contre le rotavirus“, concluent les auteurs de l’étude.En France, le Haut conseil de la santé publique (HCSP) ne recommande pas cette vaccination, notamment en raison du coût trop élevé des vaccins. D’après nos confrères de

Pourquoi-docteur, qui ont joint le Pr Daniel Floret, président du Comité technique des vaccinations (CTV), un nouvel avis devrait toutefois être rendu d’ici la fin de l’année.Amélie Pelletier
Source
Gastroenteritis Hospitalizations in Older Children and Adults in the United States Before and After Implementation of Infant Rotavirus Vaccination“, JAMA. 2013;310(8):851-853 (

lettre en ligne).Click Here: camisetas de futbol baratas

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *