Avec des barrages policiers à tous les coins de rue, Biarritz (Pyrénées-Atlantiques) vit encore lundi 26 août au rythme du G7. La ville est même désertée par les touristes et par les habitants qui ont pu s’échapper. Du côté des commerçants, on a souvent préféré fermer devant le peu d’affluence. Une boulangerie est restée ouverte, mais les clients se font rares. “Ça n’a pas compensé du tout“, assure la commerçante.  La grogne monte Ainsi, les policiers, journalistes et membres des délégations n’ont pas comblé le manque à gagner. La grogne monte et les commerces de Biarritz attendent avec impatience la fin du G7. “On a envie de retrouver le Biarritz qu’on connaît avec le monde de passage, surtout au mois d’août“, s’impatiente une restauratrice. Elle espère néanmoins bénéficier des retombées du G7 en fin de saison. Non loin de là, la ville de Bayonne (Pyrénées-Atlantiques) a été mise sous cloche.Le JT

  • JT de 12/13 du lundi 26 août 2019 L’intégrale

Les autres sujets du JT

  • 1

    G7 : un sommet marqué par le coup diplomatique de Macron

  • 2

    Amazonie : les flammes ravagent toujours la forêt

  • 3

    Sécheresse en Corrèze : l’hypothèse d’une pénurie complète d’eau n’est pas écartée

  • 4

    Sécheresse : la récolte d’olives impactée

  • 5

    Rentrée scolaire : une association propose des fournitures à petits prix

  • 6

    Commerces : ces commerçants itinérants qui innovent

  • 7

    Écosystème marin : une campagne d’observation scientifique pour mieux connaître les baleines

  • 8

    Corse : l’hôtel des Roches Rouges, pionnier du tourisme local

  • Click Here: essendon bombers guernsey 2019

    Leave a comment

    Your email address will not be published. Required fields are marked *