Un enfant sur cinq est trop gros en CM2 ! Tel est le constatalarmant de la direction de la recherche, des études del’évaluation et des statistiques (DREES). Près de 20% d’entre eux sont surpoids, et 4 % ont atteint le staded’obésité. Dans le détail, il semble que laprofession du père soit le facteur qui détermine lesrisques de surpoids chez l’enfant. Ce critère reflètecertainement le niveau de vie de la famille de manièregénérale. Et l’on sait que l’alimentationdéséquilibrée est malheureusement liéeà la faiblesse des revenus.
Cela coûte en effet moins cher aujourd’hui de manger gras etsucré, que de privilégier fruits, légumes etla variété de manière générale.Mais il faut souligner d’autres facteurs qui influencent le risquede kilos superflus. Ainsi, l’inactivité physique estfortement corrélée au risque d’obésité.Le nombre d’heure passée devenant la télé estégalement un facteur à prendre en compte. Autre pointque souligne l’étude : le poids du petit déjeuner. Lefait de ne pas sauter ce premier repas semble protégercontre les problèmes de surpoids.
L’enquête menée par la DREES s’est égalementintéressée à d’autres paramètres desanté. Ainsi, on apprend que 11 % des filles et 9 % desgarçons ont un traitement contre l’asthme. 14 % ontd’ailleurs déjà eu une crise. 12 % ont desproblèmes de vue, les garçons étant les plustouchés. En revanche, un bon point pour les cantines : lesenfants qui y mangent ont moins de risques d’avoir des caries.
Reste à connaître maintenant les résultats desenquêtes similaires menées chez les enfants dematernelle et les élèves de troisième, afind’avoir un panorama complet de la santé de nos chersbambins.
Source :
La santé des enfants scolarisés en CM2 àtravers les enquêtes de santé scolaire en 2001-2002,direction de la recherche, des études de l’évaluationet des statistiques (DREES), juin 2004Click Here: essendon bombers guernsey 2019

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *