Le 1er juin, le Centre International de Recherche sur le Cancer a annoncé le lancement de GLOBOCAN 2008, qui apporte l’estimation la plus précise du fardeau mondial du cancer et permet de prédire son évolution pour les 20 prochaines années. Selon ce nouvel outil, 21,4 millions de nouveaux cas de cancer seront diagnostiqués chaque année à travers le monde en 2030. Pour la même année, on devrait également compter 13 millions de décès annuels par cancer contre 7,6 millions en 2008, soit une hausse de 72 % en 22 ans.

Lancée par le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC), organe dépendant de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), la base de données Globocan 2008 estime qu’en 2008, la majorité des 12,7 millions de nouveaux cas de cancer et des 7,6 millions de décès par cancer dans le monde sont survenus dans les pays en développement. Le Dr Christopher Wild, Directeur du CIRC, déclare : “Ces chiffres constituent l’estimation la plus précise du fardeau mondial du cancer actuellement disponible et peuvent être utilisés pour fixer les priorités de la lutte contre le cancer dans différentes régions du monde. Ils constituent en outre une base essentielle pour les réponses qui seront apportées à la résolution de l’ONU sur les maladies non transmissibles“.56 % des nouveaux cas de cancer et 63 % des décès par cancer sont survenus dans des régions en développement en 2008.Les cancers les plus fréquemment diagnostiqués dans le monde sont ceux du poumon (1,61 million de cas, soit 12,7 % du total), du sein (1,38 million de cas, soit 10,9 % du total) et le cancer colorectal (1,23 million de cas, soit 9,7 % du total). Les causes les plus fréquentes de décès par cancer sont le cancer du poumon (1,38 million de décès, soit 18,2 % du total), de l’estomac (0,74 million de décès, 9,7 %) et le cancer du foie (0,69 million de décès, soit 9,2 % du total).On observe d’étonnantes différences d’une région du monde à l’autre. Le Dr Wild souligne ainsi que “Les cancers du col utérin et du foie sont beaucoup plus fréquents dans les régions en développement, tandis que ceux de la prostate et du côlon-rectum sont plus fréquents dans les régions développées“.Luc BlanchotSource : Communiqué du CIRC – 1er juin 2010

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *