Selon une étude de l’Association Française de Chirurgie, le nombre de cancers de l’œsophage a été multiplié par 7 depuis 1998. Une évolution qui serait principalement causée par l’obésité et le reflux gastro-œsophagien (RGO).

Sommaire

  1. RGO et obésité favorisent ces cancers
  2. Un dépistage précoce pour un meilleur traitement

Une progression continuelle du cancer de l’œsophage depuis 1998Le nombre de cancers de l’œsophage progresse de 5% depuis 2010. En 2017, on compte 4 800 nouveaux cas de cancers de l’œsophage en France. “Le nombre de ces cancer augmente et ce de façon plus rapide que les autres” précise le Pr. Denis Collet, chirurgien au CHU de Bordeaux.RGO et obésité favorisent ces cancersLes hommes sont nettement plus touchés par le

cancer de l’oesophage que les femmes (entre 3 et 6 fois plus). Le risque augmente après 60 ans dans les deux sexes avec un pic de fréquence entre 55 et 65 ans. Devant l’alimentation et le tabac, les principaux facteurs de risque de ce cancer sont :

  • Le

    Reflux Gastro Œsophagien (RGO) est le premier facteur de risque. “Mais attention, le reflux n’est pas toujours apparent, d’où l’importance de l’exploration endoscopique” précise Denis Collet. En revanche, le risque est supérieur chez les patients dont le RGO est très symptomatique. “Le Reflux entraîne des altérations de la muqueuse œsophagienne (œsophage de Barrett) : celles-ci sont associées à un risque élevé de 50 à 100 fois supérieur de développer un cancer ce qui justifie une surveillance endoscopique systématique pour les patients déjà traités pour le RGO” indique Caroline Gronnier, chirurgienne au CHU de Bordeaux.

  • L’obésité abdominale ou androïde (caractérisée par une augmentation du rapport taille/hanches) est le deuxième facteur de risque de ce cancer. L’obésité favorise le RGO et donc ses conséquences sur la muqueuse de l’œsophage mais il est probable que l’obésité agisse par elle-même par les modifications inflammatoires et immunitaires qu’elle induit.

Le RGO et l’obésité abdominale ont ainsi un effet synergique sur le cancer de l’œsophage et de la jonction oeso-gastrique : chez des patients obèses morbides souffrant d’un RGO, le risque de cancer est multiplié par 5” souligne le Pr. Denis Collet.Un dépistage précoce pour un meilleur traitementLe traitement chirurgical est actuellement le seul moyen d’obtenir une guérison de la maladie. Certaines formes précoces peuvent être traitées par endoscopie. “La chirurgie mini-invasive est recommandée, elle s’inscrit dans le cadre d’un protocole de réhabilitation améliorée, les formes très précoces peuvent être traitées par endoscopie, d’où l’intérêt d’un dépistage précoce“, explique le professeur Denis Collet, qui déclare que “le moindre symptôme d’alerte comme le reflux ou la plus petit gêne de la déglutition doit entraîner la réalisation d’une endoscopie“.Click Here: All Blacks Rugby Jersey

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *