Chaque hiver, 30 % des nourrissons sont touchés par la bronchiolite en France. Pour en finir avec ce virus, des scientifiques de l’hôpital Cochin-Pasteur, à Paris, travaillent sur l’élaboration d’un vaccin…

Depuis près d’un mois, la bronchiolite a fait son grand retour et sévit chez les jeunes enfants. Et elle devrait encore se propager jusqu’à la fin de l’hiver. Chaque année, en France, près de 30 % des bébés de moins de deux ans sont touchés par cette affection respiratoire, responsable de l’encombrement des services d’urgences pédiatriques. En effet, si dans  80 % des cas l’infection ne se traduit que par un rhume banal, et guérit en quelques jours, elle est responsable de 10 000 hospitalisations de nourrissons par an. Le plus souvent, le virus responsable de la bronchiolite est le virus respiratoire syncytial ou VRS. Il se transmet par voie aérienne (toux, éternuement), par l’intermédiaire des mains, ou via des jouets souillés. Et pour cause, le VRS survit 30 minutes sur la peau et plusieurs heures sur les objets. Pour en finir avec cette maladie de l’hiver, des chercheurs de l’hôpital Cochin-Pasteur à Paris travaillent sur l’élaboration d’un vaccin. Alors, la bronchiolite bientôt éradiquée ?Vacciner la femme durant la grossesseLe vaccin actuellement à l’étude n’est pas amené à être administré aux nourrissons. En effet, il est destiné aux futures mamans. Le but : les protéger contre le virus VRS. “Vacciner la femme pendant la grossesse lui permet de fabriquer des anticorps qui sont ensuite transmis au bébé à travers le placenta en fin de grossesse“, explique l’explique Odile Launay, responsable du centre de Vaccinologie Cochin-Pasteur à Paris. “Ces anticorps seront capables de le protéger pendant ses premières semaines de vie contre ces affections respiratoires“. Il s’agit du même processus pour le vaccin contre la grippe durant la grossesse, qui protège l’enfant les mois suivant sa naissance.Bronchiolite : le vaccin pour demain ?Si les scientifiques travaillent ardemment pour la mise en place de ce vaccin, celui-ci n’en est qu’à ses prémices. En effet, les chercheurs étudient la juste posologie pouvant permettre aux femmes enceintes de développer suffisamment d’anticorps. Ils sont donc à la recherche de volontaires, des femmes âgées entre 18 et 45 ans. La  participation est indemnisée. Pour davantage d’informations, contactez le Centre d’Investigation Clinique en Vaccinologie Cochin-Pasteur au 01.58.41.28.60 ou par email

francoise.delisle@aphp.fr. Rappelons que près de 95 % des enfants ont été infectés par le VRS avant l’âge de deux ans.Click Here: pinko shop cheap

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *