Nicolas Sarkozy s’est rendu à Bordeaux pour dresser un bilan à 3 ans du Plan Alzheimer et participer à une table ronde en présence d’acteurs de terrain. C’est à cette occasion que le Président de la République s’est prononcé en faveur d’une valorisation financière des consultations médicales qui nécessitent à la fois du temps et une forte implication des médecins généralistes.

Lancé en 2008 pour une durée de 5 ans, le

Plan Alzheimer se décline en 44 solutions concrètes, financées à hauteur de 1,6 milliard d’euros, rappelle le gouvernement dans un dossier de presse. Parmi les priorités affichées dans ce plan, le développement de la

recherche, qui bénéficie d’un soutien de 200 millions d’euros sur 5 ans, et l’

amélioration de la qualité de vie des malades et de leurs proches (200 millions d’euros pour les soins et 1,2 milliard pour le médico-social). Trois ans après son lancement, et alors qu’il doit s’achever en 2012, le plan Alzheimer a permis des avancées majeures dans ces domaines. Sur le plan de la recherche notamment, il a permis de financer 104 projets de recherche et de recruter 96 nouveaux chercheurs. Parmi les succès enregistrés depuis 2008, l’Élysée rappelle que deux nouveaux gènes associés à la maladie ont été découverts en 2009 et deux autres l’année suivante, et qu’un “consortium international regroupant les projets existants de génotypage s’est mis en place à l’initiative des chercheurs français début 2011 pour compléter la cartographie des gènes qui pourraient être associés à la maladie“.65 consultations mémoire crééesPour accélérer le diagnostic de la maladie et mettre en place un dispositif d’accompagnement le plus tôt possible, 65 

consultations mémoire ont été créées portant à 444 le nombre de

structures hospitalières en mesure de porter un diagnostic précoce d’Alzheimer. Ce déploiement s’est traduit par un raccourcissement du délai d’attente d’un rendez-vous, qui est de 51 jours en moyenne. En revanche, le dispositif d’accompagnement est en cours d’élaboration. Pour les patients diagnostiqués avant l’âge de 60 ans, le Plan Alzheimer a permis la mise en place du

Centre National de Référence pour les Malades Alzheimer Jeunes, labellisé en mars 2009, dont les missions sont au nombre de 4 : mission de soins, de prise en charge, de recherche et de santé publique. En 2010, plus de 2 400 personnes jeunes présentant des troubles ont été adressées au centre : plus d’un tiers d’entre elles ont été diagnostiquées pour un Alzheimer ou une maladie apparentée. Parallèlement, les expérimentations de MAIA (Maisons pour l’autonomie et l’intégration des malades d’Alzheimer) se sont avérées concluantes et vont être généralisées dans les années à venir. Il est ainsi prévu l’ouverture de 40 MAIA supplémentaires cette année, de 100 autres en 2012 pour arriver à un total d’environ 155 MAIA fin 2012 et une couverture de l’ensemble du territoire en 2014. Hébergement temporaire : les objectifs non atteints, déplore France Alzheimer

Le problème des

aidants, régulièrement soulevé et mis en avant lors de l’émission “Face aux Français“ du 10 février dernier au cours de laquelle Nicolas Sarkozy a été interpellé par un des “panélistes“ sur cette question, fait lui aussi l’objet d’une attention particulière dans le Plan Alzheimer. Ainsi, 1 000 places d’

accueil de jour ont été créées chaque année depuis le début du plan, et au 31 décembre 2010 on recensait plus de 10 000 places regroupées dans 1 663 accueils de jour, se félicite le gouvernement.
Pour autant, l’association France Alzheimer estime que “l’offre est aujourd’hui loin d’être accessible à tous. Pire, les objectifs de création de places d’hébergement temporaire sont très loin d’être atteints“. Espérons que la décision du gouvernement de transformer “les objectifs du plan pour les accueils de jour (11 000 places d’accueil de jour en 5 ans, soit 2 200 places par an) […] à compter de 2011 en 1 200 places d’accueil de jour annuelles et 75 plateformes“ saura répondre aux attentes. Pour aider les proches, une action originale a en outre été mise en place en novembre 2009 : il s’agit de les former à la prise en charge des malades. Grâce à France Alzheimer, 2 600 aidants ont ainsi été formés. Mais là encore, tout en saluant cette initiative du plan qui “répond parfaitement aux difficultés rencontrées par les familles“, l’association voudrait être rassurée quant à sa pérennisation. “Cette action, plébiscitée par les familles, doit absolument s’inscrire dans la durée et ce, au-delà du Plan“.Une revalorisation financière des consultations médicales ?

Le gouvernement a par ailleurs rappelé que 41 unités cognitivo-comportementales sur les 120 prévues d’ici 2012 étaient ouvertes. L’amélioration de la prise en charge des malades passe aussi par l’augmentation de 25 000 places dans des pôles d’activité et de soins adaptés pour ceux présentant des troubles modérés et de 5 000 places en unités d’hébergement renforcées en cas de troubles plus sévères. S’agissant de la formation des professionnels de santé, le gouvernement indique que celle des assistants de soins en gérontologie (ASG) a démarré en septembre 2010 et que 2 000 psychomotriciens et ergothérapeutes viendront renforcer les effectifs d’ici la fin 2012. C’est au cours de la table ronde organisée à Bordeaux, en réponse à l’un des intervenants (Pr Bernard Gay, médecin généraliste) qui réclamait des moyens pour que les médecins généralistes remplissent leur tâche, que Nicolas Sarkozy s’est dit favorable à une revalorisation financière des consultations et visites médicales qui nécessitent “une implication forte, marquée par un temps passé plus important par les médecins“. “Il est des consultations et des visites approfondies qui ne doivent pas être rémunérées comme une consultation qui consiste au renouvellement d’une ordonnance pour une maladie chronique“, a-t-il indiqué, estimant que “certaines missions de service publique dépassent la seule notion du paiement à l’acte“. Sur son

site Internet, la Confédération des syndicats Médicaux Français (CSMF) salue les propos du Président mais attend désormais leur mise en application.Amélie PelletierSources :1. Dossier de presse de l’Élysée. 22 février 2011 (

Vidéo de la table ronde). 2. Communiqué de France Alzheimer – Plan Alzheimer : trois ans déjà ! 22 février 2011. 3. Communiqué de la CSMF (accessible sur son

site Internet). Photos : Crédit SIPA1. Nicolas Sarkozy en visite au groupe hospitalier Pellegrin à Bordeaux, à l’occasion des 3 ans du Plan Alzheimer.2. Marie-Odile Desana, présidente de l’association France Alzheimer.3. Nicolas Sarkozy, lors de la table ronde organisée en présence des acteurs de terrain.

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *